Rabelais des jeunes talents

Les Rabelais des Jeunes Talents, vers la future élite des métiers de bouche

rabelais des jeunes talents logo

Les Rabelais des jeunes talents ne sont pas une compétition, mais un honneur fait à des jeunes issus de concours professionnels ou d’un parcours particulièrement méritant. Cette manifestation peu connue du grand public est particulièrement importante pour l’avenir des métiers de bouche. C’est, devant les assauts de la distribution standardisée et du marketing de l’industrie agroalimentaire, un oasis où les savoir-faire, le goût de la qualité, la rigueur et le courage des jeunes professionnels sont mis à l’honneur.

L’apprentissage, après avoir longtemps été relégué au rang de filière parking a retrouvé l’estime du public. Les efforts des organisations professionnelles et des chambres des métiers ont revalorisé les filières manuelles, mais les coupes budgétaires viennent de saper ce précieux travail : réduction en 2014 de 20 % du budget consacré à l’apprentissage avec la suppression de la prime à l’embauche pour les sociétés de plus de dix salariés et en diminuant le crédit d’impôt des entreprises pour la formation des d’apprentis.
Le trophée des Rabelais des Jeunes Talents est, par l’intermédiaire de ces jeunes issus de l’apprentissage, une vitrine pour ces métiers. Ils constituent les piliers de la relève des générations pour la préservation des savoir-faire, preuve renouvelée tous les ans de l’importance de ce mode de formation.

La sélection des lauréats

Chocolatier

La Coupe de France des Jeunes Chocolatiers Confiseurs est le concours qui sélectionne les trois lauréats des Rabelais des Jeunes Talents chocolatier.
Cette compétition, qui se déroule au printemps, compte entre 20 et 35 participants chaque année, tous âgés de moins de 23 ans et détenteurs d’un diplôme de qualification professionnelle (CAP, BEP ou BTM).
Jugés par des académiciens du chocolat : Meilleurs Ouvriers de France, professionnels chocolatiers, écrivains, scientifiques, médecins, professeurs, les concurrents doivent réaliser et présenter une pièce artistique sur un thème imposé, réaliser 1,5kg de bonbons de chocolat, 1,5kg de bonbons candy, rédiger un exposé sur la technologie employée pour la fabrication des bonbons, répondre à un questionnaire de dix questions sur le métier de chocolatier et, enfin, écrire une lettre de motivation expliquant les raisons de leur participation au concours.
Si le chocolat est un art gourmand, il n’en est pas moins poétique ! Sans aucun doute, cette Coupe de France aurait récolté tous les suffrages de Monsieur Rabelais !

Épicier/caviste/bio

Pour sélectionner les trois lauréats des Rabelais des Jeunes Talents dans la catégorie épicier, caviste, bio, la Fédération Nationale des Epiciers mobilise tout à la fois les centres de formation et les professionnels accueillant les jeunes au sein de leur entreprise pendant leur formation.
Premiers critères : être titulaire du Certificat de Qualification Professionnelle spécialisé dans le métier, être âgé de moins de 26 ans et être en activité au sein d’une entreprise de la branche professionnelle.
Outre le professionnalisme et l’investissement appréciés en entreprise par leur employeur et dans le centre de formation par les formateurs, les jeunes devront prendre la plume pour rédiger un courrier faisant l’exposé de leurs motivations. Les candidats présélectionnés seront auditionnés par la commission de sélection qui retiendra les trois lauréats finalistes. Un Rabelais, ça se mérite !

Crémier/ Fromager

Le Concours National des Fromagers a lieu tous les deux ans, à Lyon, lors du Sirha. Cet événement prestigieux regroupe des candidats de la France entière. Le concours se déroule en trois
épreuves limitées dans le temps. Une épreuve de découpe, une de préparation de plateau et une de dégustation à l’aveugle. Toutes les épreuves sont conçues pour révéler les qualités essentielles d’un crémier-fromager. Tout est pris en compte dans ce concours hautement technique… y compris le respect de l’hygiène, la précision des gestes et le soin porté à la présentation, la décoration, l’esthétisme, etc.

Pendant plus d’une heure, les participants donnent le maximum pour remporter le titre tant convoité.
Les trois meilleurs candidats, ayant moins de 26 ans le jour du concours, sont les lauréats pour les Rabelais des Jeunes Talents 2015 !

Glacier

Deux processus de sélection distincts ont permis, cette année, de sélectionner les trois lauréats dans la catégorie glacier. Parmi eux, et en premier, l’examen du BTM glacier, qui a mis en évidence la qualité du travail de deux lauréats : épreuves écrites, épreuves pratiques et technologiques… jugées par les professionnels et enseignants du BTM.
Autre sélection, exceptionnelle cette année, la Confédération des Glaciers de France a souhaité mettre à l’honneur le jeune glacier (moins de 26 ans) de l’équipe arrivée en 2e position lors du 5e Master International des desserts glacés. Grâce à cette place sur le podium, le jeune et son équipe ont été sélectionnés pour la 6e coupe du Monde de Glace. Une sélection spéciale pour parcours exceptionnel ! Attention, talent à suivre !

Pâtissier

Chaque année au mois de mars, la Confédération Nationale des Artisans Pâtissiers Chocolatiers Confiseurs Glaciers Traiteurs de France organise le concours du Meilleur Apprenti de France Pâtissier (MAF).
Ce concours est réservé aux apprentis pâtissiers titulaires du CAP Pâtissier. Ce sont 21 jeunes présélectionnés en région qui se présentent pour une épreuve finale de 7 heures, au cours de laquelle ils devront réaliser sur un thème défini : chocolats, gâteaux, pièce artistique.
Le jury composé de professionnels chefs d’entreprise, d’enseignants, de compagnons et de salariés évaluera les candidats sur leur travail, la dégustation et bien sûr la présentation… car à l’origine de la gourmandise, il y a la convoitise… le plaisir des yeux !
En plus de la belle récompense du concours MAF, les trois premiers lauréats seront automatiquement désignés lauréats du Rabelais des Jeunes Talents.

Poissonnier

L’Union Nationale de la Poissonnerie Française (UNPF) se base sur les résultats du concours des Meilleurs Apprentis de France (MAF) pour sélectionner ses lauréats aux Rabelais des Jeunes Talents 2014. Ouvert à tous les apprentis âgés de 16 à 21 ans de la section poissonnerie, ce concours rassemble une épreuve théorique et deux épreuves pratiques. La dextérité, la sécurité des gestes et la présentation des produits sont autant de critères déterminants.

Primeur

Le savoir-faire des primeurs requiert un éveil aiguisé de chaque sens ; le goût, l’odeur,
le toucher, la vue et même l’ouïe ! Tous les sens sont nécessaires pour reconnaître la qualité d’un produit à l’achat et conseiller le meilleur à ses clients, en fonction de leurs goûts et besoins.
Chaque année, l’Union Nationale des Syndicats de Détaillants en fruits et légumes (UNFD) sélectionne, spécialement pour les Rabelais des Jeunes Talents, trois jeunes qui se distinguent dans l’exercice de leur métier. A l’instar des cavistes, épiciers, bio, cette catégorie vise l’excellence du service consommateur, au travers de la connaissance et du respect des produits. Pour cela, chaque geste est étudié à la loupe. Les candidatures des concurrents, tous âgés de moins de 26 ans et en activité professionnelle chez un primeur, doivent révéler les connaissances techniques, la motivation, l’assiduité et l’ambition de chacun.
Elles sont examinées par un jury rassemblant des professionnels primeurs et des représentants d’organismes de formation. Les Rabelais des jeunes Talents récompensent et encouragent les sélectionneurs de saveurs !

Restaurateur

La cuisine participe à 50 % au plaisir du client, les 50 % restants sont du ressort de la salle. L’un ne va pas sans l’autre. Dans cette catégorie, l’excellence du savoir-faire consiste à écouter, apporter de l’attention et du plaisir à chaque convive.
C’est dans ce contexte, et avec le soutien de la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France, que sont sélectionnés trois Meilleurs Apprentis de France, dont un en art de la table et du service et deux en cuisine froide, pour être lauréats des Rabelais des Jeunes Talents.
Et les épreuves sont à la hauteur du titre ; un exercice de haut vol ! Dans la catégorie cuisine froide, durant 4h30, les candidats doivent réaliser un plat et un dessert imposés devant un jury aussi prestigieux qu’exigeant, composé de MOF et chefs des plus grandes tables de Paris. Le concours MAF des arts de la table couvre quant à lui un champ très large de compétences. À l’instar de la gastronomie française, les candidats sont testés sur 7 épreuves, allant de la réalisation d’un cocktail jusqu’à l’argumentation en français et en anglais d’une carte, en passant par le dressage d’une table bien sûr. Polyvalence, créativité et professionnalisme sont les clés du succès !

Boucher

Chaque année, au printemps, la Confédération Française de la Boucherie Charcuterie, Traiteur (CFBCT) organise le concours des meilleurs Apprentis Bouchers de France. Ce concours s’adresse aux apprentis inscrits en 2e année de CAP Boucher ou de Certificat Technique des métiers, titulaires d’un contrat d’apprentissage chez un artisan-boucher. Un millier de candidats se présente sur la ligne de départ du concours. Pour les épreuves de la finale nationale, pendant deux jours, les jeunes se présenteront devant un jury exigeant (meilleurs ouvriers de France, professionnels et professeurs de CFA), pour réaliser cinq épreuves techniques : désossage, séparation/parage, ficelage, présentation et décoration.

Boulanger

Deux concours, organisés par la Confédération Nationale de la Boulangerie et de la Boulangerie-Pâtisserie Française, permettent de sélectionner les trois jeunes lauréats des Rabelais des Jeunes Talents : les deux premiers lauréats du concours des meilleurs Jeunes Boulangers de France, ainsi que le premier lauréat du Trophée des Talents du Conseil et de la Vente en Boulangerie Pâtisserie. Les candidats des deux concours doivent obligatoirement être âgés de moins de 26 ans et avoir obtenu leur diplôme de niveau V, en juin de l’année en cours. Les prétendants au titre de meilleur Jeune Boulanger de France doivent réaliser une commande comprenant un pain de tradition française, un pain de campagne, un pain régional ou européen, une viennoiserie en pâte levée, des viennoiseries en pâte feuilletée, des tartines salées et un pain décoré sur un thème donné. Pour les concurrents du Trophée des Talents du Conseil et de la Vente en Boulangerie Pâtisserie, chaque candidat doit se distinguer dans les épreuves suivantes  :

  • mise en place des produits, mise en situation
  • de vente, prise de commande, valorisation
  • d’une spécialité régionale ou « maison », atelier
  • de décoration/emballage. ils doivent aussi
  • réaliser une épreuve écrite sur « les connaissances
  • théoriques et l’action commerciale ».

Charcutier/Traiteur

Un concours de haut niveau permet de sélectionner les Rabelais des Jeunes Talents : le concours des meilleurs Apprentis de France (mAF). Pour prétendre au prestigieux titre de mAF, les jeunes sélectionnés au niveau régional doivent obligatoirement être âgés de moins de 21 ans et préparer un CAP de charcutier-traiteur ou un Bac pro, dans le cadre d’un contrat d’apprentissage chez un artisan. Les épreuves  évaluent les compétences techniques de fabrication, la présentation, l’organisation et, bien sûr, (surtout) le goût ! La fierté et la motivation des jeunes concurrents sont sans doute les meilleurs moyens de susciter des vocations parmi les plus jeunes. C’est aussi le meilleur moyen de distinguer et faire connaître les fines lames de la charcuterie de demain !

La CGAD

La Confédération générale de l’alimentation en détail (CGAD) est l’organisation interprofessionnelle représentative des métiers de l’artisanat, du commerce alimentaire de proximité et de l’hôtellerie-restauration. La CGAD représente plus de 300 000 entreprises, qui génèrent un chiffre d’affaires de près de 100 milliards d’euros chaque année, et emploient plus de 1,1 million d’actifs dans 18 métiers regroupés au sein de 17 confédérations nationales : boucher-charcutier, boucher chevalin, boulanger, charcutier-traiteur, chocolatier-confiseur, crémier-fromager, épicier, glacier, hôtelier-cafetier-restaurateur, pâtissier, pizzaïolo, poissonnier, primeur, tripier.

Sur l’ensemble du territoire national, la CGAD dispose d’un réseau de plus de 100 représentations territoriales par l’intermédiaire des CGAD départementales et des CGAD régionales. La CGAD poursuit des missions très précises :

  • Représenter – La CGAD est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et des différents partenaires économiques avec lesquels elle entretient des relations constantes.
  • Fédérer – Au sein de la CGAD, les représentants des différentes professions ont la volonté de défendre ensemble des revendications communes à toutes les entreprises de l’artisanat et du commerce alimentaire de proximité et de l’hôtellerie-restauration.
  • Promouvoir – La CGAD a pour vocation de promouvoir les entreprises des Métiers de l’alimentation auprès des décideurs économiques et politiques. Elle intervient ainsi auprès des pouvoirs publics sur l’ensemble des projets législatifs ou réglementaires intéressant les entreprises qu’elle représente.
  • Accompagner – Avec la mise en place d’un organisme collecteur de taxe d’apprentissage – PAMA -, la CGAD accompagne le développement de l’apprentissage et de l’enseignement professionnel dans les métiers de l’alimentation et participe à l’organisation de la formation professionnelle.
  • Communiquer – Avec son site « Les Métiers du Goût-Le Goût du Métier » (www.cgad.fr), la CGAD informe et communique avec les professionnels, les consommateurs et les interlocuteurs des secteurs de l’artisanat et du commerce alimentaire de proximité et de l’hôtellerie-restauration. Elle s’adresse plus spécifiquement aux jeunes et leur dit tout sur les métiers de l’alimentation avec son site www.metiersdelalimentation.fr.
  • Anticiper – Sur la base des résultats des études menées au sein de l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les métiers de l’alimentation, la CGAD anticipe les besoins de personnel et de qualification du secteur et fait évoluer l’offre de formation.
  • Informer – Les services de la CGAD documentent et conseillent les confédérations adhérentes et les CGAD départementales et régionales sur les problèmes fiscaux, juridiques, techniques, sociaux et économiques qu’elles ont à résoudre. La CGAD réalise aussi des études approfondies de caractère interprofessionnel.

Plus d’informations sur : www.cgad.fr

Les organisations professionnelles membres de la CGDA :