Rabelais des jeunes talents

L’édition 2014

La 3e édition des Rabelais des Jeunes Talents c’est déroulée  le lundi 7 avril 2014 au Grand Rex, à Paris. Les 33 jeunes lauréats, âgés de 17 à 26 ans, se sont tous distingués, durant l’année, dans leur métier respectif (11 au total) : boucher, boulanger, charcutier traiteur, chocolatier, épicier/caviste/bio, crémier-fromager, glacier, pâtissier, poissonnier, primeur, restaurateur.

Devant plus de deux mille invités, chefs d’entreprise, partenaires du secteur, acteurs des filières professionnelles, chaque lauréat se verra remettre un trophée au cours de la cérémonie. Une occasion unique de saluer son travail et de l’encourager à sans cesse innover.

Organisatrice de l’événement, la Confédération Générale de l’Alimentation en Détail (CGAD) entend mettre en avant la culture gastronomique française, véritable patrimoine national reconnu dans le monde entier.

Comme Rabelais, l’un des auteurs les plus inventifs et prolifiques de la littérature française, les trente-trois lauréats récompensés partagent audace, créativité, passion d’entreprendre et fantaisie. Ils se font une haute opinion de leur métier.

Ces Trophées des Jeunes Talents 2014 mettent aussi en valeur les chefs d’entreprise et centres de formation, véritables passeurs de savoirs au quotidien.

Boucher

Anthony ChenevalAnthony Cheneval, 17 ans, originaire de Fillinges en Haute-Savoie. Formé au CFA de Groisy (Haute-Savoie). Employé à « La Boucherie La Charolaise », au Chable-Beaumont (Haute-Savoie).

Son parcours scolaire : « J’ai intégré en 4e la Maison familiale rurale de Bonne. J’ai ensuite décidé de poursuivre en CAP boucher au CFA de Groisy. Actuellement, je suis en BP boucherie dans le même centre de formation. »

Sa vocation : «Lorsque j’étais plus jeune, j’ai travaillé avec mon oncle, dans sa boucherie. Ce métier m’a beaucoup plu.»

Les Rabelais : « C’est une grande fierté et une reconnaissance professionnelle. »

 .

 Robert FairbankRobert Fairbank, 17 ans, originaire de Ladignac-Le-Long en Haute-Vienne. Formé au CFA « Le Moulin Rabaud » de Limoges (Haute-Vienne). Employé à la Boucherie Traditionnelle chez Leclerc, à Limoges (Haute-Vienne).

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu mon brevet, puis je me suis orienté vers un CAP boucher. Je poursuis actuellement mes études en effectuant un BP de boucher. »

Sa vocation : « Mon voisin était boucher. J’ai donc choisi ce métier grâce à lui. »

Souvenirs, souvenirs… : « Les entraînements pour le concours des MAF, avec mon professeur Paul Benetreau. »

Les Rabelais : « C’est une grande fierté et une reconnaissance professionnelle. »

Sacha MelloulSacha Melloul, 17 ans, originaire de Paris. Formé à l’Ecole Professionnelle de Boucherie de Paris (12e). Employé Chez Emsalem, à Paris (19e)

Son parcours scolaire : « J’ai passé mon BEPC puis, passionné par le travail des viandes, je me suis orienté vers l’Ecole Professionnelle de Boucherie de Paris. »

Sa vocation : « Je baigne dedans depuis tout petit. Mon père m’a donné envie d’exercer ce métier. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir reste le jour où mon père m’a confié le magasin pendant dix jours. »

Les Rabelais : « C’est une vraie reconnaissance par les meilleurs professionnels de la boucherie et tout le monde des métiers de l’alimentation. »

Boulanger

Laeticia DeckerLaéticia Decker, 20 ans, originaire de Colroy-La-Roche dans le Bas-Rhin. Formée au CFA d’Eschau (Bas-Rhin). Employée chez José Arroyo, à Strasbourg (Bas-Rhin).

Son parcours scolaire  : «  Après avoir obtenu un bac scientifique en juin 2011 à Strasbourg (67), j’ai décidé par passion de m’inscrire en CAP de pâtisserie à l’école Ferrandi de Paris. J’ai poursuivi par un CAP de boulangerie à Eschau (67). Je suis actuellement en BP boulangerie à Eschau (67). »

Sa vocation : « Après mon bac, je me suis dirigée vers la pâtisserie. Depuis toutepetite, j’aime faire des gâteaux et être dans la cuisine avec mes parents. Ainsi, je me suis lancée dans un CAP de pâtisserie, puis j’ai continué en boulangerie pour compléter ma formation. »

Souvenirs, souvenirs… : « Jusque-là, mon meilleur souvenir professionnel est le concours des Meilleurs Jeunes Boulangers. »

Laura DufourLaura Dufour, 20 ans, originaire de Saint-Jean des Baisants dans la Manche. Formée au CFA de la Chambre de métiers et de l’artisanat d’Avignon (Vaucluse). Employée chez Sophie Chabran,à L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse).

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu mon brevet des collèges. J’ai ensuite continué sur un bac économie et social (ES). Puis j’ai obtenu mon CAP vente(2 ans). Actuellement, je passeun CAP pâtisserie (2 ans). »

Sa vocation : « J’ai toujours aimé le contact humain et parler avec les gens. C’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers la vente en boulangerie-pâtisserie. J’aime beaucoup conseiller les clientset les orienter vers le bon choix. »

Souvenirs, souvenirs…: « J’aime tout particulièrement la période de Noël. Décorer le magasin, faire découvrir et déguster nos bûches à nos clients, effectuer l’emballage des commandes… L’ambiance est festive. »

Les Rabelais : « C’est une récompense du travail fourni au sein de l’entreprise depuis deux ans. »

Antonin RaginetAntonin Racinet, 17 ans, originaire de Saint-Léger-sur-Sarthe dans l’Orne. Formé au CIFAC de Caen (Calvados).

Son parcours scolaire : « Je suis entré en 2de bac professionnel boulangerie-pâtisserie au lycée Laplace, directement après la 3e. J’ai passé un CAP boulanger etje suis actuellement en terminale. »

Sa vocation : « Ce désir est né à la suite d’un stage « découverte du milieu du travail  », que j’ai effectué chez le boulanger de mon village. »

Souvenirs, souvenirs… : « Être arrivé major du concours du Meilleur Jeune Boulanger. Cela m’a permis de rencontrer des professionnels de la boulangerie, ainsi que des jeunes tout aussi passionnés que moi. »

Les Rabelais : « Je suis très honoré d’être reconnu comme un jeune talent de la gastronomie française. Ce trophée me permet de me valoriser dans la profession. »

Charcutier traiteur

Pierre ChabaudPierre Chabaud, 21 ans, originaire de Meximieux dans l’Ain. Formé au CECOF à Amberieu-en-Bugey (Ain). Emplyé chez Alain Chabaud à Meximieux (Ain).

Son parcours scolaire : « J’ai passé un CAP charcutier et actuellement, je suis en mention complémentaire traiteur. »

Sa vocation : « Depuis tout petit, je regarde mon père travailler. lI m’a donné envie d’exercer ce métier qui est devenu une vraie passion. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir est la finale des Meilleurs Apprentis de France 2009. »

Les Rabelais : « C’est une reconnaissance et un encouragement pour l’avenir. »

Anthony SimondAntonin Simon, 18 ans, originaire de Morteau dans le Doubs. Formé au CEPROC à Paris (19e). Employé chez Fabrice Courbet à  Besançon (Doubs).

Son parcours scolaire : «  J’ai passé un CAP boucher, un CAP charcutier et, actuellement, je suis en BP charcutier. »

Sa vocation : « Je suis passionné de cuisine depuis l’âge de 4-5 ans. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir reste le concours des Meilleurs Apprentis de France. »

Les Rabelais : « C’est le début de la réussite. »

.

Julien VencentJulien Vincent, 17 ans, originaire de Chatte dans l’Isère. Formé au Lycée François Rabelais à Dardilly (Rhône). Employé chez Fouanon, à Annecy (Haute-Savoie).

Son parcours scolaire: « J’ai fait une 3e générale. Je me suis ensuite orienté vers un CAP charcutier-traiteur. Actuellement je suis en Mention complémentaire traiteur (1 an). »

Sa vocation : « Mon père m’a transmis l’envie d’exercer ce métier. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir est le concours des Meilleurs Apprentis de France. »

Les Rabelais : « Je suis fier de représenter la profession et d’être reconnu par mes pairs. »

Chocolatier

Damien BelpoisDamien Belpois, 21 ans originaire de Besançon dans le Doubs. Employé chez Patrick Roger à Sceaux (Hauts-de-Seine)

Son parcours scolaire : « J’ai passé un CAP pâtissier, puis un CAP chocolatier, à Besançon. Ensuite, j’ai poursuivi en BTM chocolatier confiseur à Belfort. »

Sa vocation : « C’est d’abord par curiosité que j’ai essayé la pâtisserie! Quand vous faites quelque chose qui éveille tous vos sens et qui vous plait de plus en plus, vous vous laissez transporter, tout simplement. »

Souvenirs, souvenirs… : « Il n’y en a pas un en particulier.  Je garde un bon souvenir de toutes les personnes que j’ai côtoyées et dont j’ai beaucoup appris. Il y a aussi les préparations de concours qui sont enrichissantes, où l’on se voit progresser. »

Les Rabelais : « Je suis très honoré d’être lauréat et d’être convié à cette soirée. »

Manon DelahaisManon Delahais, 20 ans, originaire de Saint-Jouin-Bruneval en Seine-Maritime. Formée au CFAIE du Val-de-Reuil (Eure). Employée chez M. Jaunet, à Saint-Jouin-Bruneval (Seine-Maritime)

Son parcours scolaire : « Après ma 3e, j’ai fait une année de pré-apprentissage. J’ai ensuite intégré un CAP pâtissier, puis effectué une Mention complémentaire en pâtisserie et un CAP chocolatier. Actuellement, je suis en BTM pâtissier. »

Sa vocation : « Déjà toute petite, j’avais plaisir à réaliser divers gâteaux avec ma mère ou à rester seule dans la cuisine, à faire des pâtisseries. J’ai donc réalisé un stage dans ce métier. J’ai poursuivi dans cette voie. »

Souvenirs, souvenirs… : « La récompense à la coupe de France des jeunes chocolatiers. Après quatre mois d’un investissement intense, ce fut une belle consécration. »

Les Rabelais : « C’est une belle récompense pour les jeunes talents et une jolie reconnaissance professionnelle. »

Remy PoissonRémi Poisson, 23 ans, originaire de de Coutances dans la Manche. Employé à l’«Histoire de chocolat », chez Jean-Yves Kermarec, à Brest (Finistère)

Son parcours scolaire : « J’ai passé un BEP pâtissier et un CAP chocolatier à l’Iform de Coutances (50). Ensuite, je me suis orienté vers un BTM chocolatier, à Ploufragan (22). »

Sa vocation : « Tout petit, je faisais déjà des gâteaux dans le restaurant de mes parents. Après la 3e, je me suis orienté vers la pâtisserie puis la chocolaterie. C’est là que j’ai « attrapé le virus. »

Souvenirs, souvenirs… : « J’en ai plein, mais je crois que ce sont mes années d’apprentissage. On m’a transmis la passion du métier et le goût du travail bien fait. »

Les Rabelais : « C’est un honneur de recevoir ce trophée et c’est valorisant pour le métier. »

Crémier – Fromager

Gwendoline BuronGwendoline Buron, 23 ans, originaire de Meaux en Seine-et-Marne. Formée au CIFCA de Paris (18e). Employée à la fromagerie Rovecchio, à Paris (18e).

Son parcours scolaire : « Je me suis formée en alternance pendant six ans au CIFCA, passant successivement un BEP, un bac pro puis un BTS Management des unités commerciales (MUC). »

Sa vocation : « Mon envie de devenir fromagère est née dès l’âge de 16 ans. C’est un métier qui m’a toujours attirée et qui permet, chaque jour, d’apprendre de nouvelles choses. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir est le concours de la Lyre d’Or. J’ai vécu une journée riche en émotions. »

Les Rabelais : « Cela signifie que mon travail a été apprécié par de grands professionnels et cela me permet de pouvoir participer à de plus grands concours. »

Ophélie HubreghtOphélie Hubreght, 22 ans, originaire de Notre-Dame-de-l’Isle dans l’Eure. Formée à l’IFOPCA de Paris (18e). Employée à la « Fromagerie et détail  » à Vernon (Eure)

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu mon brevet des collèges puis un bac Sciences et technologies de la gestion (STG) en 2009.Je me suis ensuite orientée vers un certificat de qualification professionnelle de vendeur-conseil en crèmerie-fromagerie. »

Sa vocation : « J’ai d’abord remplacé une collègue. J’ai réalisé que ce métier me plaisait et qu’il y avait tout ce que je recherchais  : diversité des produits, contact avec la clientèle… »

Souvenirs, souvenirs… : « J’ai aimé partir à Rennes pour faire le salon « Vin et gastronomie  ».

Les Rabelais : « Cela m’a conforté dans le fait d’avoir ma place dans ce métier. »

Michel LepaihMichel Lepaih, 22 ans, originaire de Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine. Formé à l’IFOPCA, à Paris (18e). Employé chez Jean-Charles Ouvratà à Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine)

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu un CAP en électricité avant de me réorienter.Je suis actuellement en certificat de qualification professionnelle de crémier-fromager à l’IFOPCA. »

Sa vocation : « Durant mon adolescence, je travaillais dans une ferme pendant les vacances scolaires. J’y ai alors découvert la fabrication du fromage de chèvre et du fromage frais. Depuis septembre 2013, mon patron Jean-Charles Ouvrat m’accompagne en parallèle de mon cursus, en centre de formation. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir dans ce métier reste la préparation des plateaux de fromages pendant la période de Noël. »

Épicier – Bio – Caviste

Jasond EregniaudJason Deregniaux, 20 ans, originaire de Lille dans le Nord. Formé sur le Campus pro à Hellemmes (Nord). Employé à Carrefour City, à Lille (Nord).

Son parcours scolaire : «  Pour commencer, je me suis orienté vers un bac technologie hôtellerie mais je n’étais pas convaincu de mon choix. J’ai donc pris un an pour réfléchir à mon projet professionnel. Je me suis ensuite dirigé vers un diplôme d’hôte de caisse au Campus pro, puis vers un certificat de qualification professionnelle de Vendeur conseil en épicerie. »

Sa vocation : « J’aime l’ambiance des magasins, le contact avec le client, la vente de produits… Tout cela m’intéressait beaucoup. Campus pro et mon employeur m’ont alors proposé une formation pour obtenir un diplôme supplémentaire. »

Souvenirs, souvenirs… : « Le jour où l’on m’a confié les clés du magasin. J’étais responsable de la fermeture des portes ! »

Les Rabelais : « C’est une reconnaissance du métier. Mon objectif est d’ouvrir mon magasin par la suite, c’est donc une expérience enrichissante supplémentaire. »

Severine L'HermenierSéverine L’Herminier, 25 ans, originaire de Reims dans la Marne. Formée à l’IFOPCA de Paris (18e). Employée chez Naturéo, à Cormontreuil (Marne)

Son parcours scolaire : « Je me suis orientée vers une formation de vendeur-conseil en produits biologiques. »

Sa vocation : « Après plusieurs petits boulots, Naturéo a proposé de me former. J’aime beaucoup la vente et le contact avec les fournisseurs. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mes débuts chez Naturéo. Ils ont constitué une équipe pour monter intégralement le magasin. Tout était à faire (rencontre des fournisseurs, positionnement des étalages…). Ce fut une bonne expérience. Nous étions comme une famille. »

Les Rabelais : « C’est une valorisation que je ne pensais pas du tout avoir. J’ai commencé comme caissière. Je suis fière de représenter ce métier qui monte. C’est un aboutissement. »

Clément MetaireauClément Metaireau, 25 ans, originaire de Royan en Charente-Maritime. Formé à l’IFOPCA de Paris (18e). Emplyé par « Des Mets Des Vins, à Paris (16e)

Son parcours scolaire : « J’ai démarré par un bac littéraire, poursuivi avec un BTS Communication, avant de m’orienter vers une formation de caviste. »

Sa vocation : « J’ai toujours été passionné par la tradition française. J’aime bien manger et j’apprécie le vin. Lorsque j’ai cherché à m’orienter, je me suis intéressé au fromage et au vin. Le métier de caviste l’a emporté. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon voyage en Alsace, réalisé pendant ma formation. J’ai eu la chance d’aller visiter le domaine Deiss et Zind Humbrecht… J’y ai rencontré des vignerons fantastiques qui savent parler de leurs produits. »

Les Rabelais : « Je suis très étonné et très fier de recevoir ce trophée. Je me dis que je suis sur la bonne voie et que j’ai fait le bon choix. Cela facilite le dialogue avec les gens du milieu et permet de sauver notre héritage commun. »

Glacier

Anthony DumasAnthony Dumas, 23 ans, originaire de l’Ile de Ré en Charente-Maritime. Formé au CFA de la Chambre des métiers et de l’artisanat d’Arras (Pas-de-Calais). Employé chez Xavier Cathala à la Martinière, sur l’Ile de Ré (Charente-Maritime).

Son parcours scolaire : « Après avoir obtenu mon bac Sciences et technologies industrielles (STI) mention très bien, je me suis orienté vers un CAP pâtisserie en alternance. Ensuite, j’ai passé un CAP glacier fabricant (2011) et un brevet technique des métiers (BTM) glacier en 2013. »

Sa vocation : « Depuis l’âge de 16 ans, j’ai passé mes étés à travailler en tant qu’aide glacier à la Martinière, sur l’Ile de Ré. Cela me plaisait beaucoup et je me donnais à fond.  Du coup, le chef de fabrication, Sébastien Lagarde m’a proposé une formation en apprentissage pour devenir glacier. »

Souvenirs, souvenirs… : « J’ai eu la chance d’être choisi par M. Chartier, pour être son assistant durant un week-end de  démonstrations à Bruges et Bruxelles. Un sacré moment ! »

Les Rabelais : « C’est une récompense honorifique. C’est un coup de booster qui nous pousse à nous donner pour ce métier. C’est la reconnaissance du travail accompli, mais surtout pas une fin en soi. »

Edouard HennetonEdouard Henneton, 24 ans, originaire de Valenciennes dans le Nord. Formé au CFA de la Chambre de métiers et de l’artisanat d’Arras (Pas-de-Calais). Employé chez Lenôtre (Yvelines).

Son parcours scolaire : « J’ai suivi un cursus classique jusqu’en seconde générale, puis j’ai commencé l’apprentissage en BEP boulangerie (2 ans), BEP pâtisserie(1 an), CAP glacier (1 an), BTM glacier (2 ans). Je suis actuellement en 2e année de BP boulanger.»

Sa vocation : « Depuis l’âge de 5-6 ans, j’ai envie d’être boulanger. Lorsque j’ai commencé mon apprentissage au CFA d’Arras, j’ai pu observer et discuter avec le professeur de glace, Philippe Gottrand qui m’a donné envie de faire un CAP glacier. Ensuite, grâce à Luc Toussaint, j’ai obtenu un entretien pour commencer mon apprentissage chez Lenôtre, avec Jean-Louis Bellemans. Ce dernier m’a transmis sa passion du métier de glacier, ce qui m’a amené à poursuivre en BTM. »

Souvenirs, souvenirs… : « J’ai eu la chance de recevoir la veste dédicacée de Guy Krenzer(le chef des cuisines de Lenôtre). »

Les Rabelais : « C’est la récompense de mon implication dans ce métier. »

Yazid ChemrahenYazid Ichemrahen, 22 ans, originaire d’Avignon dans le Vaucluse. Formé au CFA à Châlons-en-Champagne. Employé chez Bernard Blachère,à Avignon (Vaucluse).

Son parcours scolaire : « J’ai passé un CAP pâtissier. »

Sa vocation : « J’ai grandi dans une famille d’accueil, dans laquelle les enfants étaient dans la pâtisserie. J’ai baigné dedans depuis l’âge de 2 ans et demi et cela m’a toujours plu. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mes débuts chez Pascal Caffet, Meilleur Ouvrier de France pâtissier.»

Les Rabelais : « Cette distinction me motive pour la suite. »

.

Pâtissier

Simon BienvenueSimon Bienvenu, 18 ans, originaire de Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines. Formé à l’École Grégoire Ferrandi, à Paris (6e). Employé chez Olivier Bourriquet, pâtisserie à Villiers-Saint-Frédéric (Yvelines).

Son parcours scolaire : « Pour commencer, j’ai obtenu un CAP pâtissier, puis un CAP boulanger. Actuellement je suis en CAP chocolaterie confiserie à l’école Tecomah. »

Sa vocation : « J’ai toujours voulu devenir pâtissier. Mon père étant du métier, j’ai baigné dedans. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir est ma  participation au concours de Meilleur Apprenti de France. J’ai aimé me confronter aux autres et rencontrer de grands professionnels. »

Les Rabelais : « Je suis très content de recevoir ce trophée. C’est une reconnaissance de la profession qui, je pense, m’aidera dans ma future carrière. »

Dorinda LaborieDorinda Laborie, 18 ans, originaire de Seppois-Le-Bas dans le Haut-Rhin. Formée au CFA Roosevelt de Mulhouse (Haut-Rhin). Employée chez Thierry Riss, à Mulhouse (Haut-Rhin).

Son parcours scolaire : « Après mon brevet des collèges, je suis entrée en apprentissage pour passer mon CAP de pâtissier en deux ans. J’ai ensuite obtenu mon CAP chocolatier en un an. Actuellement, j’entame ma première année de BTM. »

Sa vocation : « Toute petite, j’aidais ma maman à faire des gâteaux de toutes sortes. Par la suite, c’est mon papa que j’aidais dans l’entreprise familiale. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir est lorsque mon patron, M. Riss, m’a laissé la responsabilité d’élaborer toutes les bûches glacées pour Noël. Cela montre la confiance qu’il m’accorde »

Les Rabelais : « C’est une belle récompense par rapport au travail, aux entraînements et au temps consacré pour les concours. »

Maxime RaiffeauxMaxime Raiffé, 18 ans, originaire de Châtellerault dans la Vienne. Formé sur le campus des métiers,à Saint-Benoît (Vienne). Employé chez Sébastien Raifféaux « Délices de Saint-Michel  »à Lencloître (Vienne).

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu un CAP pâtissier en 2012 et un CAP chocolatier en 2013. Je suis actuellement en 1re année de BTM pâtissier. »

Sa vocation : « J’ai toujours su que je voulais travailler dans l’univers des métiers de bouche. L’envie est née en observant mon père, durant toute mon enfance. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon titre de Meilleur Apprenti de France pâtissier. »

Les Rabelais : « C’est un trophée qui honore notre parcours professionnel. Il nous encourage à donner le meilleur de nous-même et à toujours persévérer. »

Poissonnier

Thibault CrecelyThibault Crecely, 21 ans, originaire de Guidez Plage dans le Morbihan. Formé au CFA de la ville de Lorient (Morbihan). Employé à la poissonnerie « La Pêcherie», à Larmor-Plage (Morbihan).

Son parcours scolaire : « Je suis actuellement en bac pro poissonnier écailler traiteur. »

Sa vocation : « Je suis pêcheur depuis que je suis enfant et passionné de cuisine. »

Souvenirs, souvenirs… : « J’aime beaucoup l’ambiance du matin, lorsque tous les bateaux débarquent chargés de tonnes de poissons.»

Les Rabelais : « C’est une bonne expérience. »

Benoit FournierBenoit Fournier, 20 ans, originaire de Lorient dans le Morbihan. Formé au CFA de la ville de Lorient (Morbihan). Employé à la poissonnerie « Les délices de l’Océan  », à Ploemeur (Morbihan).

Son parcours scolaire : « Après avoir fait un CAP poissonnier, je suis actuellement en bac pro poissonnier écailler traiteur. »

Sa vocation : « Je suis pêcheur depuis longtemps et je pratique également la chasse sous-marine depuis presque deux ans. La proximité avec la mer me plaît beaucoup. »

Souvenirs, souvenirs… : « Sans hésiter, les fêtes de fin d’année. Il y a beaucoup de monde et on est à fond toute la journée. J’aime beaucoup cette période. »

Les Rabelais : « C’est un plus sur mon CV  ! »

Titouan MasseTitouan Masse, 21 ans, originaire de l’Ile d’Oléron en Charente-Maritime. Formé au CFA de la ville de Lorient (Morbihan). Employé chez Olivier Dupuy, aux «   Pêcheries de la Cotinière  » (Charente-Maritime).

Son parcours scolaire : « Je suis actuellement en bac pro poissonnier écailler traiteur. »

Sa vocation : « J’étais au lycée maritime de La Rochelle pour devenir marin-pêcheur, comme mon père. Je me suis vite aperçu que ce métier était très solitaire. Je souhaitais donc me réorienter, mais rester dans le domaine de la mer. J’ai donc effectué une saison aux « Pêcheries de la Cotinière  ». Mon patron m’a ensuite proposé une formation. »

Souvenirs, souvenirs… : «

Les Rabelais : « C’est très gratifiant de recevoir ce Rabelais. Je suis très content, ça récompense tout le travail que j’ai pu fournir tout au long de ces deux ans et demi. »

Primeur

Charlotte EntgraiguesCharlotte Entraigues, 22 ans, originaire de Vaux-sur-Mer en Charente-Maritime. Formée à l’Institution Saint-Alyre, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Employé par Christian Entraigues à « Fruiti Royan» (Charente-Maritime).

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu un bac Sciences et technologies du management et de la gestion, spécialité mercatique, ainsi qu’un BTS Management des unités commerciales (MUC), en 2012. »

Sa vocation : « Je baigne dedans depuis toute petite. C’est presque une tradition familiale ! Mes grands-parents étaient primeurs et mon père, ancien grossiste en fruits et légumes, est lui aussi devenu détaillant, il y a quelques années. »

Souvenirs, souvenirs… : « J’aime beaucoup le matin lorsque les commandes arrivent. C’est le plus beau moment de la journée. »

Les Rabelais : « Ce titre valorise le travail des jeunes. C’est une mise en lumière de nos compétences. C’est également une fierté vis-à-vis de notre clientèle. »

Marie-Justine PayetMarie Justine Payet, 25 ans, originaire de Le Tampon (La Réunion). Formée au CIFCA à Paris (18e). Employée chez Catherine Da Costa, « Le Fruitier de Montmartre» à Paris (18e).

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu un bac Sciences et technologies de la gestion (STG) comptabilité et finances des entreprises, puis un brevet professionnel responsable d’exploitation agricole en 2013. Je suis actuellement en 1re année de BTS Management des unités commerciales (MUC) au CIFCA. »

Sa vocation : « Mes parents sont producteurs d’ananas et ma tante productrice de fraises à la Réunion. Je souhaite développer une activité de primeur, déjà amorcée avec mes parents sur les marchés de la Réunion. Et pourquoi pas créer un concept de magasin par la suite… »

Souvenirs, souvenirs… : « Les relations de confiance établies avec la clientèle. Certains clients, que j’ai pu conseiller et orienter dans leurs achats, m’envoient des cartes postales du monde entier lorsqu’ils voyagent. Notre métier, c’est d’abord les relations humaines. »

Les Rabelais : « C’est la récompense des efforts fournis tous les jours. »

Laura QualaLaura Quala, 25 ans, originaire de Nancy en Meurthe-et-Moselle. formée au CFPPA Nancy-Pixérécourt,à Malzeville (Meurthe-et-Moselle). Employée chez Pierre Jean Florion-« Au jardin d’Eden  » à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Son parcours scolaire : « J’ai obtenu un Bac pro industries des procédés et ensuite un BTS sciences et technologies des aliments. »

Sa vocation : « Sur les conseils de ma tante, j’ai travaillé chez un primeur sur marché lorsque j’étais étudiante. J’ai trouvé dans ce métier les éléments pour m’épanouir. Aussi, j’ai orienté mon parcours scolaire afin d’être armée pour l’exercice de ce métier. Dès l’obtention de mon BTS, j’ai pris la responsabilité d’un point de vente au marché couvert de Metz. »

Souvenirs, souvenirs… : « L’année est ponctuée par de nombreuses fêtes (Noël, Pâques, Saint-Valentin, Fête des mères…) qui sont, pour nous primeurs, l’occasion de travailler des produits d’exception. »

Les Rabelais : « Pour moi c’est une distinction de la profession qui souligne nos qualités professionnelles. »

Restaurateur

Camerron AttalCameron Attal, 17 ans, originaire de Nice dans les Alpes-Maritimes. Formé au Tecomah, à Jouy-en-Josas (Yvelines). Employé par le restaurant d’entreprise de TF1, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Son parcours scolaire : « Après la 3e, je me suis dirigé vers l’école Tecomah, pour y passer un bac professionnel en Art de la table et du service (3 ans). »

Sa vocation : « Mon désir d’exercer le métier de serveur en salle est né naturellement. J’ai toujours été passionné par la restauration, la cuisine et l’argumentation commerciale, dont doit faire preuve un maître d’hôtel devant ses clients. »

Souvenirs, souvenirs… : « Mon meilleur souvenir est ma victoire au concours de Meilleur apprenti de France. »

Les Rabelais : « Pour moi, c’est un très grand honneur de recevoir ce trophée, qui récompense le travail fourni. Cela permet de valoriser de beaux métiers en rapport avec l’alimentaire. »

Matheo PlampinMathéo Blampin, 18 ans, originaire de Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines. Formé au CFA Médéric à Paris (17e). Employé à la Présidence de la République, cuisines de l’Elysée à Paris (8e).

Son parcours scolaire : « J’ai suivi le cursus général jusqu’en seconde avant de commencer un bac pro cuisine en trois ans. Je suis actuellement en terminale. »

Sa vocation : « Dans ma famille, cuisiner est un moment que tout le monde apprécie et cela depuis que je suis tout petit. Pour moi, en faire mon métier était une évidence  ! »

Souvenirs, souvenirs… : « Le jour où j’ai remporté le titre de Meilleur Apprenti de France. Mais, mes premiers pas dans les cuisines de l’Elysée furent aussi un moment riche en émotions. »

Les Rabelais : « C’est une grande joie et beaucoup d’honneur que de recevoir ce trophée. C’est une preuve de confiance que vous m’accordez, ce qui est très valorisant et est une motivation supplémentaire pour ma vie professionnelle. »

Marie GricourtMarie Gricourt, 20 ans, originaire de Pithiviers dans le Loiret. Formée au CFA Méderic à Paris (17e). Employé au Restaurant « L’Arôme  » à Paris (15e).

Son parcours scolaire : « J’ai d’abord obtenu un bac ES. J’ai ensuite intégré une prépa cuisine en un an, à l’issue de laquelle j’ai obtenu mon CAP. Puis j’ai décidé de m’orienter vers un bac professionnel cuisine, que j’ai décroché en un an. »

Sa vocation : « Je suis née dans cet univers. Mon père et mon oncle sont cuisiniers. J’ai toujours aimé cuisiner. Cela fut une évidence.»

Souvenirs, souvenirs… : « Sans hésiter, ma participation au concours des Meilleurs apprentis de France. J’ai aimé les entraînements, le jour du concours et le regard de mon père à l’annonce des résultats. »

Les Rabelais : « C’est un très grand honneur, je suis heureuse de représenter les jeunes dans le domaine de la cuisine. »

Sujet réalisé à partir du dossier de presse des Rabelais des Jeunes Talents.

Remerciements à Média-pass