Bonnes adresses

Trop choux les choux !

Trop choux assiette

Après le phénomène « macarons » et ses boutiques spécialisées maintenant rentrés dans les habitudes, voici celui des choux. Comme les macarons, ce sont des classiques de la gastronomie que des créateurs culinaires ont remis au goût du jour.

En plus de la traditionnelle crème, on les remplit d’une multitude de préparations salées et sucrées. Et ça leurs va très bien ! La pâte à choux se prête parfaitement aux associations avec les crèmes, mousses et purées diverses.

A Lyon, Virginie Argoud a anticipé la renaissance du chou dès 2014 avec un triporteur sur les marchés lyonnais. Devant le succès de la formule, elle s’installe rue de Sèze au printemps 2016. L’ancienne boutique laissée à l’abandon depuis plus d’un an sera l’écrin parfait pour établir le chou dans le paysage gastronomique lyonnais. Une opportunité aussi pour un quartier qui se réveille de quelques années de léthargie.

Trop choux interieur

Du frais et fait maison, exclusivement

A consommer sur place ou à emporter, la gamme d’une quinzaine de choux est complétée par 2 choux spéciaux le week-end. Une formule avec salade permet de faire un repas complet pour 10 euros* et la réglette de 6 choux au choix est à partager autour d’une boisson bio. Les recettes sont renouvelées selon l’inspiration.

Trop choux ardoise

Tout est frais, acheté sur les marchés lyonnais – Mont Plaisir en particulier – à des producteurs locaux réputés pour leur engagement à proposer des produits authentiques. La plupart des purées de fruits sont faites maison à partir de fruits frais. Elles sont surgelées à la pleine saison des fruits pour être utilisées toute l’année. Seules les purées de fruits exotiques proviennent de l’extérieur.

Devenu rare : l’utilisation des œufs coquille. Depuis au moins deux décennies, les professionnels de la cuisine et de la pâtisserie utilisent des œufs « au litre ». Un produit issu de l’industrie qui consister à casser les oeufs en gros et les conditionner sous forme liquide en bouteilles plastiques. C’est pratique, pas cher et en plus il est possible d’acheter soit le jaune, soit le blanc… Mais il n’est plus question d’approvisionnement local.

Ici, rien de tout cela. Comme les autres ingrédients, les oeufs sont achetés à des producteurs locaux, identifiés et validés. Cette question des oeufs n’est pas anecdotique. Elle fait partie d’une démarche cohérente pour la qualité, la traçabilité. C’est surtout la manifestation d’un véritable engagement en faveur des consommateurs.

La salle à l’étage est à découvrir, pour une pause détente. On aime particulièrement la décoration original et apaisante du lieu.

Trop choux est distributeur des boissons équitables Lemonaid et ChariTea

Trop choux Lyon

Trop Chou
3, rue de sèze 69006 Lyon
Du Mardi au samedi de 10h00 à 19h00
Métro FOCH – www.trop-chou.fr

* prix pratiqués à la date de publication de notre sujet et peuvent variés

Rue de Sèze, à découvrir ou redécouvrir

Parallèle au cours Franklin Roosevelt puis au cours Vitton, la discrète rue de Sèze n’a pas connu les outrages et l’invasion des grandes franchises du prêt à porter, des boutiques de téléphonie, des banques et assurances. Elle a conservé le charme et le calme des quartiers bourgeois. Le bas de la rue, à proximité de la place du Maréchal Lyautey accueille des commerces de bouches récents : un fromager, quelques restaurants et bien sûr le bar à choux qui nous occupe dans ce sujet. A l’angle on trouve « Au Petit Vatel », traiteur historique du quartier. La remontée de la rue permet de découvrir quelques bars et commerces alimentaires sympathiques et vous conduira jusqu’au boulevard des Brotteaux ; un point de chute idéal pour les gastronomes aventuriers.