Breves

Revaloriser la mâche

En novembre 2018, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire a définitivement interdit l’usage de produits de traitement herbicides à base de métam-sodium. Cette substance largement utilisée par les maraîchers dans le cadre de la production de mâche était répandu sur le sol avant les semis pour éviter la prolifération des herbes indésirables. Mais elle fut aussi responsable de 81 intoxications dans le Maine-et-Loire et dans le Finistère.

Depuis son interdiction, le ramassage des pieds de mâches doit être précédé par des ouvriers à pieds qui désherbent avant le passage des machines de cuillette. Un surcoût qui pèse sur la rentabilité des entreprises productrices.

La fédération des maraîchers nantais qui représente 85 % de la production française et 50 % de la production européenne, a demandé une hausse du prix d’achat de la mâche par les centrales d’achat de la grande distribution.

Pour palier à l’interdiction du désherbant à base de métam-sodium et en l’absence d’alternative chimique, les maraîchers devront adapter leur mode de production avec l’installation de serres en plastique – non recyclable – et polluantes à long terme.