Royaume-Uni : Une pétition lancée pour le retrait de l’étoile Michelin en cas d’abus de cuisine

Partager
Une cuisine professionnelle bien sombre pour illuster l'ambiance lourde qui peut règner

Au Royaume-Uni l’omerta se brise petit à petit et des chefs prennent enfin la parole pour éradiquer les violences en cuisine.  

Suite à des dénonciations de violences perpétrées impunément par certains professionnels de la cuisine, le syndicat des chefs cuisiniers (Unichef) vient de prendre position, proposant des sanctions drastiques envers les restaurants toléreraient en coulisses des violences envers le personnel. Une pétition a ainsi été lancée. Son objectif ? Que le guide Michelin retire les étoiles aux chefs laissant perdurer des abus dans leurs cuisines ou fermant les yeux sur ces actes violents. Brian McElderry, directeur exécutif du syndicat, a appelé tous les membres de l’industrie à la signer et à contribuer ainsi à créer un environnement de travail plus sûr, rapporte The time.

Une nouvelle affaire qui brise l’omerta 

Cette prise de parole a eu lieu après une nouvelle affaire de violences en cuisine. Au banc des accusés, Tom Kitchin, le plus grand chef d’Écosse. Il a été accusé d’avoir malmené son personnel et d’avoir mis en place un environnement de harcèlement. En effet, douze anciens employés du groupe Kitchin ont raconté au Times comment ils avaient été victimes de harcèlement sexuel dans les restaurants ou avaient été maltraités, privés de nourriture, d’eau, de pauses toilettes ou de repos approprié. Selon la pétition, les “abus systémiques” commis par des “chefs célèbres” et d’autres personnalités du secteur envers d’autres membres des brigades sont “lâches et dégradants et n’ont pas leur place dans un lieu de travail moderne ».

En octobre dernier, la cheffe Asma Khan avait elle aussi dénoncé la manière dont le personnel de restauration a été traité avant et pendant la crise sanitaire.

“Je ne veux pas que les restaurants soient classés par des étoiles Michelin pour les herbes comestibles qu’ils mettent dans une assiette. Je veux savoir comment ils traitent leur personnel et ils devraient être classés là-dessus, avait-elle confié au ‘Guardian’. Les gens devraient boycotter les restaurants où il y a des intimidations et du racisme, où il y a du harcèlement sexuel, où le personnel ne se sent pas en sécurité. Je ne veux pas les voir prospérer.”